L’art de dresser des listes

Non, il n’est pas question aujourd’hui du livre de Dominique Loreau. Je ne l’ai pas lu, car produire près de 300 pages sur les listes me paraît exagéré. Mais je me trompe peut-être. Alors, pourquoi rédiger un article à ce sujet ?

Il y a peu de temps, je vous ai invités à me proposer des défis à relever en 2023. J’ai reçu peu de suggestions au début et c’est en discutant de-ci de-là que j’ai compris où se situait le problème. La manière de procéder pour trouver des idées n’est pas une évidence pour tout le monde. Donc, je vous donne quelques techniques adaptées à la rédaction d’une série de résolutions.

Pour dresser une liste, place à l’instinct

Il s’agit de prendre un papier et un stylo pour lister toutes les envies qui nous passent par la tête. L’avantage de cette approche, c’est qu’elle permet de fixer ses idées ; l’inconvénient, c’est qu’elle est soumise au contexte : je viens de manger d’excellents roulés à la cannelle préparés par Cécile, j’inscris la « cuisine maison » dans mes résolutions. Cécile a apporté une de ses broderies pour notre réunion… j’ai le désir de m’emparer de bobines et d’aiguilles. Si c’est Véronique que j’avais croisée ce jour-là, l’aquarelle fleurie aurait fait irruption dans mes envies.

Une liste construite à partir des aspirations du moment est souvent difficile à mettre en œuvre, car elle correspond davantage à des coups de tête qu’à de réels projets.

Énumérer des intentions en adoptant l’approche de « La semaine de 4 heures »

Ce bouquin n’a pas été ma tasse de thé. Si je lui reproche notamment son apologie de l’esclavagisme moderne, je reconnais que son auteur, Tim Ferriss, propose quelques pistes de réflexion intéressantes dans le premier tiers du livre. Parmi celles-ci, il y a l’idée de dresser la liste de ce que l’on veut ÊTRE, AVOIR et FAIRE pour créer une vie rêvée. Ces trois entrées peuvent donc servir de base à une recherche déjà plus cadrée de l’approche intuitive.

Poser des résolutions en s’inspirant d’Hudson

Frederic M. Hudson, considéré comme l’un des pères du coaching avec son modèle du changement, proposait un découpage de notre existence en domaines de vie à explorer, améliorer ou équilibrer. Il existe plusieurs versions de ce compartimentage. Voici la mienne, inspirée des travaux de l’intellectuel américain et que j’utilisais en tant que coach certifiée :

  1. Couple et enfants/beaux-enfants
  2. Famille (fratrie, parents, cousins…) et amis (famille choisie)
  3. Finances (budget, dépenses et investissements)
  4. Environnement (pièce particulière, domicile, quartier, bureau, entreprise, ville, région, pays)
  5. Connaissance de soi et spiritualité (croyances, philosophie, religion, pratiques ésotériques, etc.)
  6. Hygiène de vie (habitudes, activité physique/sport, alimentation, sommeil, bien-être émotionnel et mental, prévention santé, etc.)
  7. Travail/études et carrière
  8. Plaisirs et loisirs

Explorer ces huit entrées permet de dresser un bilan global de sa vie pour en déduire des projets de changement. Cela prend du temps, mais c’est un exercice très intéressant.

Lister des objectifs avec un jeu de cartes

Depuis plus de deux ans, j’étudie le système Rider-Waite du Tarot, dans son utilisation psycholudique et introspective. Pour les non-initiés, il s’agit de tirer les cartes de manière non divinatoire pour réaliser un travail de développement personnel. Les suites du jeu s’organisent grosso modo de la façon suivante :

  • Les deniers renvoient aux possessions matérielles, besoins corporels et tout ce qui est concret
  • Les bâtons explorent les projets, les désirs liés au corps et ce qui relève de la créativité
  • Les coupes englobent l’univers des sentiments et des relations inter/intrapersonnelles
  • Les épées relèvent du champ des idées, du travail intellectuel et de la communication

Avec cette catégorisation, on réduit le nombre de domaines par rapport à l’approche d’Hudson. Si l’on connait le Tarot, on peut même procéder en deux temps. Le premier consacré à une énumération guidée par l’univers de chaque suite. Le second en réalisant quatre tirages complémentaires.

Maintenant, vous avez de quoi réfléchir à vos propres listes. Quant à la mienne, elle est en cours de finalisation. J’avais annoncé son partage en janvier 2023. Il me reste à y intégrer les dernières propositions de défis reçues et ce sera pour le prochain billet !

Une réflexion au sujet de « L’art de dresser des listes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s