Les réseaux en sourdine

Une partie de mon travail de formatrice consiste à me tenir au fait de l’actualité. Les réseaux sociaux font donc partie des médias que je relève quotidiennement. Et parce que je suis sensible à la création, j’affectionne aussi des comptes inspirants. Par ailleurs, en tant que travailleur indépendant, être présente sur LinkedIn ou Insta par exemple est une obligation à laquelle je m’astreins. Même si je ne publie quasiment jamais, l’idée que je puisse influencer l’algorithme, à petite échelle, est une zone de pouvoir que j’ai ressentie. Mais depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois, la question du sens me taraude. Le temps consacré à me connecter, plusieurs fois par jour, me semble perdu – même si, comme le dirait Anne-Lise, si le temps se perdait on en trouverait des minutes par terre.

Durant les deux derniers étés, j’ai totalement déconnecté pendant une puis deux semaines. Cela était plus qu’agréable, mais il s’agissait d’un défi voilé. Faire une pause média en plein mois d’août n’est pas très courageux puisque la majorité des actifs d’Internet sont en congé. Pour autant, me couper totalement des sources d’information et de distraction digitales me parait excessif. Ma famille et mes amis publient régulièrement et je n’ai pas envie de me couper de ce genre de communication. Et puis je suis quelques challenges d’écriture ou de tarot dont je ne veux pas me priver.

Cette nuit, j’ai peut-être trouvé la solution avec l’option « mise en sourdine d’Insta ». Plutôt que de bannir les médias de ma réalité, à moi la diète informationnelle. Hormis quelques personnes suivies « dans la vraie vie » ou proposant des défis auxquels je participe, je viens de mettre en sourdine tous les profils Insta que je suis. Je ne regarde déjà plus la télévision en direct. Il devrait donc mettre facile de me passer de ce média. Quant aux autres sources, je dois encore trouver une solution.

Une nouvelle expérience commence. Je me suis donné une semaine de ce régime avant d’en tirer une quelconque décision.

P.S. :
Ce texte répond à la consigne suivante : je me lance un défi pour une semaine et j’en rends compte publiquement, par écrit, au moins au début et à la fin ; de manière spontanée donc avec un texte non relu ni travaillé.

7 réflexions au sujet de « Les réseaux en sourdine »

  1. Réseaux sociaux : ressources ou contraintes ? La question est posée. Le temps ne s’envole pas mais se transforme. L’occasion de retisser peut-être un lien amical avec toi, Mylène.
    À bientôt j’espère.
    Jacqueline

    J’aime

    1. Je pense avoir ma réponse : ressources lorsqu’ils sont cadrés selon mes règles et non celles d’un algorithme ! Sinon, quel plaisir de renouer le contact ! Je t’envoie un mail sur ton adresse pour échanger davantage !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s