Lancement du défi santé

Comme tout défi de développement personnel, l’expérience a commencé par une série de constats et l’établissement de critères de réussite.

Je me suis observée

Je navigue entre deux tailles : je ne fais pas encore un 44, mais plus vraiment un 46. Donc, dans les deux cas, ce que je porte est inconfortable et peu esthétique.

Mon sommeil est capricieux. Mes heures de coucher, c’est du grand n’importe quoi. Je me fais balader par le travail à rallonge et je rejoins mon lit de plus en plus tard. Sans parler des insomnies à répétitions ces derniers mois.

Depuis que les salles de sport sont fermées, je ne bouge plus suffisamment. Les douleurs toquent de nouveau aux portes de mes articulations et l’engourdissement des soirées sans bouger me gagne.

Les deux derniers points ont une répercussion sur mon humeur qui se fait changeante. J’invite par exemple l’irritabilité de plus en plus souvent dans ma réalité.

Etc.

Je ne vous communique pas la liste complète des constats, ce ne serait pas très intéressant pour vous et elle est bien trop longue. Ce qui m’importe en revanche, c’est de vous montrer l’utilité de lister tout ce qui ne va pas concrètement ou tout ce qui ne me convient pas. Ce relevé effectué, je suis passé à une autre étape de la construction du défi.

J’ai formulé mes premières intentions

J’ai consulté une diététicienne au mois de juillet. Travailler avec elle m’a permis de déterminer un poids de forme respectueux de mon organisme et d’assouplir certaines croyances en matière d’alimentation. Si j’ai parfaitement bien appliqué ses conseils durant l’été, l’arrivée de l’hiver et ses plats riches m’ont fait perdre le fil conducteur de mon hygiène alimentaire. Il est temps de redonner sa juste place à ce coaching alimentaire.

Je me suis récemment réinscrite en salle de sport. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé des sensations sur les machines et j’avais atteint l’un de mes objectifs cardio sur vélo. Mais la deuxième vague de la pandémie a déferlé, avec pour conséquence, la fermeture de mon espace de sport. Cela m’a donné l’impression de faire un pas en avant pour deux en arrière. Alors après avoir râlé contre cette décision gouvernementale discutable, je suis prête à trouver de nouvelles façons de bouger pour me redonner de l’aisance corporelle.

Le sommeil a toujours été un sujet délicat. Depuis mon plus jeune âge, j’éprouve des difficultés à m’endormir et souvent, je considère les heures à dormir comme une perte de temps. Mais plus j’avance en âge, plus je me rends compte de la nocivité de ce fonctionnement. Apprivoiser mes nuits est donc une expérience que j’ai envie de mener.

L’intérêt de mettre en mots ses intentions est de construire une argumentation et de nourrir sa motivation tout en réalisant quelques ancrages. Je suis cependant convaincue que cette étape n’est pas suffisante pour avancer. L’esprit a besoin d’objectivité pour évaluer une progression et un futur résultat.

J’ai mesuré l’existant

J’ai passé le test du VAMeval : Vitesse Aérobie Maximale évaluation. Pour faire très, très simple (les sportifs excuseront l’excès de vulgarisation), c’est un test qui permet de se faire une idée de sa capacité d’endurance donc quelque part de sa santé cardiaque.
Le principe est le suivant : vous prenez une piste d’athlétisme sur laquelle vous disposez des plots tous les vingt mètres. À l’aide d’une application dédiée ou grâce à un coach (personnellement, j’ai pris la seconde option), vous vous échauffez. Une fois cette préparation faite, vous vous placez devant un plot. Premier coup de sifflet, vous commencez à trottiner. Le but est d’atteindre le plot suivant en même temps que le coup sifflet qui sera déclenché à intervalles réguliers. Au bout de deux minutes, l’intervalle entre les coups de sifflet se réduit donc la vitesse de course augmente. Le test se termine quand votre corps vous explique qu’il n’en peut plus. Pour ma part, c’est lorsque j’ai eu une telle envie de vomir que mes jambes ont stoppé leur course.

Mon résultat en début de mois est de 9,5 km/h.

Je dispose donc d’une baby vitesse aérobie maximale puisque le premier palier à franchir est de 8 km/h. En comparaison, mon coach, non spécialiste des sports d’endurance est à plus de 15.

J’ai pris en compte ma balance. Je ne suis pas à la recherche d’un poids, mais plus d’une action sur trois pourcentages donnés par ma balance connectée : masse grasse, masse musculaire, masse hydrique. Alors, je suis bien consciente que ces chiffres sont très approximatifs, voire erronés puisque ma balance connectée est un modèle grand public et non un matériel de professionnel. Mais c’est une référence, celle dont je dispose. Voici donc mon point de départ :

Masse grasse : je démarre à 34 % soit 4 % au-dessus du taux maximal chez les femmes
Masse musculaire : ma balance affiche 62,6 % pour une valeur plancher de 66 % pour les femmes
Masse hydrique : le taux de bonne hydratation corporelle se situe aux alentours de 50 % ; le mien est à 46,2 %

J’ai mesuré la qualité de mon sommeil. Je dispose d’une montre connectée qui mesure, entre autres, la qualité de mes nuits.

Mon score pour le mois dernier est de 77 %.

Pour fournir ce pourcentage, ma montre connectée se base sur quatre facteurs : la durée totale de mes nuits, la profondeur de mon sommeil, la régularité de mes heures de coucher et de lever et les interruptions nocturnes.

Voilà, on y est, je peux donc m’engager à améliorer toute cette batterie de chiffres en me lançant un défi santé reposant sur trois axes : l’alimentation, le sommeil et l’activité physique. Pour ce faire, je vais poser trois actions quotidiennes :

Côté alimentation : reprise des bonnes habitudes données par la diététicienne

Côté sommeil : au lit à 23 heures ce qui représente entre 30 minutes et 1 heure de sommeil en plus

Côté activité physique : 30 minutes par jour

22 h 45 ; je vous laisse… défi santé oblige !

1 commentaire »

  1. Bon courage pour ce défi ! De mon côté je vais voir si j’arrive à me faire un plan comme le tien pour commencer la semaine prochaine. Il faut que je réfléchisse plus mais j’aimerais bien essayer d’arrêter les écran plus tôt et lire un peu plus … A voir !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s