Domaine de vie – le travail – 2/5

Bachir a perdu sa femme il y a un an. Ni l’un ni l’autre ne s’y était préparé. Ça s’est passé tellement vite. À 38 ans, cet homme solaire a vu son repère principal disparaître. D’ailleurs, il a encore l’impression qu’elle se tient à ses côtés, de jour comme de nuit. Il n’a rien changé dans l’appartement ni au salon de la rue Pivolin. Le tabouret sur lequel elle prenait place pour reposer ses jambes entre deux clients est à sa place. Bachir ne s’est même jamais autorisé à l’utiliser. Les habitués parlent encore d’elle, même si avec le temps son nom est de moins en moins prononcé. Mais ce n’est pas pour cette raison que Bachir a décidé de rencontrer Julien.

Le décès de son épouse est juste ce qu’il appelle l’élément déclencheur de son ras de marée. À l’aube de ses quarante ans, il a envie de changement. Et c’est plus profond qu’une petite lubie, c’est un besoin. Il ne supporte plus de faire des shampoings, des coupes, des brushings. Il se rend compte que travailler au salon avait du sens lorsque la femme de sa vie était avec lui. Aujourd’hui, il n’en peut plus. Le problème, c’est qu’il n’arrive pas à déterminer si son désir de changement est lié à la fameuse charge mentale dont tout le monde parle ou s’il est temps pour lui de penser à une reconversion professionnelle.  

Julien est un coach, spécialisé dans l’orientation… mais pour les adultes. Après avoir été conseillé en insertion durant des décennies, Julien s’est formé pour être certifié et a complété son parcours par une batterie de formations en psychologie, en communication et analyse transactionnelle. Bachir l’a rencontré chez des amis communs et avant de se précipiter dans un bilan de compétences, il a préféré suivre un accompagnement avec cet homme d’expérience. Il veut vérifier si son deuil a un impact sur son ras-le-bol professionnel et ce n’est pas un bilan de compétences qui va répondre à cette question ni une thérapie.

Cela fait quelques semaines que les deux hommes travaillent ensemble et Bachir y voit déjà plus clair. Avec les années, puis la maladie de sa femme, il a complètement oublié les raisons qui l’ont poussé à embrasser le métier de coiffeur. Il va pouvoir faire le point sur cette partie de sa vie, pour avancer et prendre une décision quant à son avenir professionnel qui ne sera pas basée sur les émotions ou un coup de tête. Finalement, tout n’était pas si lourd à porter. Remettre de l’ordre dans sa vie, ou plutôt la perception qu’il en avait, grâce au questionnement et exercices de Julien, est une expérience enrichissante pour Bachir.

Après le couple, je voulais vous parler d’un domaine qui prend beaucoup de place dans notre existence : le travail. Pour certains, il peut s’agir d’un terrain de réalisation, pour d’autres d’une corvée à minimiser pour donner plus de place à d’autres secteurs de notre existence, pour d’autres encore, c’est un univers inconnu. Ne souriez pas, pour un enfant par exemple, ce domaine de vie peut être inexistant… et pour certains adultes aussi, d’ailleurs !

En évoquant la situation familiale de Bachir, je voulais aussi vous démontrer à quel point les domaines de vies sont liés les uns aux autres. Dans de nombreuses occasions, on peut constater que la séparation vie personnelle, vie professionnelle est difficile, voire impossible. Le développement personnel est une approche systémique qui prend donc en compte toutes les parties de la vie d’une personne, même lorsqu’il s’agit de traiter une demande qui n’en concerne qu’un seul… a priori !

NaPaWriMo : 20/30 – 598 mots – total : 10 332 mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s