Le développement personnel – épisode 2

Damien se lève avec la même phrase qui tourne en boucle dans sa tête. C’est celle qu’il a retenue de sa soirée d’hier. Ils ont remarqué mon manque d’aisance à l’oral et ils ont la solution à mon problème. Il ne sait absolument pas quoi en faire. D’un côté il a l’impression que les deux coaches lui ont raconté des âneries ; d’un autre, qu’ils ont peut-être raison et qu’ils peuvent vraiment l’aider. Mais étant donné que leurs approches sont tout à fait différentes, comment choisir celui qui sera en mesure de résoudre son problème ?

Son téléphone vibre. Celui qui s’est annoncé business angel vient de lui laisser un message. Il a adoré la discussion qu’ils ont eue hier soir et il aimerait beaucoup le revoir autour d’un café. D’après le coach, ce serait l’occasion de discuter, simplement, de ce qui l’empêche d’être à l’aise en public. Il y a quelques années, il était lui-même incapable de s’exprimer devant plus de deux personnes. Et il a deux ou trois techniques à lui donner pour débloquer la situation. Il comprend ma situation et il a la solution à mon problème. Damien répond qu’il serait ravi de prendre un café avec le coach et tous deux conviennent du lendemain en début d’après-midi.

L’heure tourne. Damien règle quelques affaires, répond à deux pauvres mails échoués sur sa messagerie. Il est temps de se préparer pour aller retrouver Camille au restaurant. Elle s’y connait en accompagnement et elle pourra certainement l’aider à y voir plus clair.

À peine les portes de « L’écho des fourchettes » franchies, Damien est accueilli avec enthousiasme par Camille. Ils échangent quelques banalités joyeuses puis Damien en vient au fait. Il raconte à son amie l’épisode de la veille, lui montre le SMS du coach et lui demande ce qu’elle en pense.

La jeune femme n’est ni enthousiaste ni inquiète, plutôt curieuse. Elle s’enquiert du pedigree du business angel. En effet, le secteur du développement personnel n’est pas encore réglementé et n’importe qui peut s’estampiller coach. Or, accompagner des gens ne s’invente pas et même avec toute la bonne volonté du monde, il est nécessaire de maîtriser certains outils et techniques, d’avoir un minimum de repères en psychologie et d’être inscrit dans une démarche déontologique.

Or durant la soirée de réseautage, Damien s’est laissé embarqué par le discours des deux coaches. Il a posé peu de questions, davantage intéressé par le contenu de la discussion que par le parcours de ses interlocuteurs. D’ailleurs les deux hommes monopolisaient la parole et étaient plutôt en mode démonstration que conversation.

Camille a raison. Demain, lors du café avec le business angel, Damien cherchera à en savoir plus.

NaPaWriMo : 10/30 – 446 mots – total : 5 011 mots

2 commentaires »

  1. « D’ailleurs les deux hommes monopolisaient la parole et étaient plutôt en mode démonstration que conversation. » Ah! ça me rappelle ce que j’ai vécu dans des networkings ! C’est exactement ça !

    Une fois, un coach me déballe son truc et commence à m’expliquer les émotions. Je l’arrête et lui dis que je suis docteure en psycho; ma dernière recherche portait justement sur ce sujet. Si je lui avais dit que j’étais aller au marché acheté des épinard, ça lui aurait fait le même effet. Elle a continué sur sa lancée!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s