Il n’y a pas d’erreur…

Lorsque j’ai commencé mes formations et en préparation de mes évaluations, j’ai été amenée à intégrer un certain nombre de présupposés. Certains diraient qu’il s’agit de repères déontologiques et éthiques ; d’autres, de vérités à admettre et à vivre. Personnellement, j’estime qu’ils forment un cadre d’intervention et d’exploration.

Parmi ces présupposés, il y en a un que j’ai particulièrement expérimenté ce week-end :

IL N’Y A PAS D’ERREUR, QUE DU FEED-BACK

En gros, cela signifie que la qualité de la communication ne vaut que par le retour qui nous en est fait. Une autre piste donnée par ce présupposé permet de considérer l’erreur comme une simple indication de ce qui peut être modifié pour atteindre un objectif.

Pour revenir à ce que j’ai vécu ces deux derniers jours, il faut que je vous plante le décor. Comme vous le savez, je me suis lancé un défi durant le mois de novembre, celui d’écrire un article par jour sur ce blog. Pour le moment, je relève bien ce challenge, mais je suis étonnée de ne pas avoir beaucoup de vues ni de commentaires sur mes écrits. L’objectif de cette expérience n’est pas d’augmenter l’audience de ce site, mais en général, plus on publie régulièrement, plus notre référencement s’améliore et plus on a de visiteurs sur le site. Or depuis sept jours, c’est un peu le calme plat. Samedi, j’ai donc pris quelques minutes pour examiner ce qui se passait et je me suis rendu compte que je n’avais quasiment pas annoncé la sortie des billets sur les réseaux. C’est un peu comme si je n’avais pas communiqué sur mon projet.

Avant, dans ce genre de situation, je me serai insultée et mise dans tous mes états au risque de laisser tomber le défi ou de décider de ne pas le partager. Oui, mais ça, c’était avant !

Car, comme il n’y a pas d’erreur, juste du feed-back, j’ai pris ce constat pour ce qu’il était, une information. J’ai partagé mon erreur sur Instagram et ma page Facebook et j’ai pris deux jours pour publier des annonces de chaque article rédigé depuis le 1er novembre.

Parce que je n’ai pas collé d’émotion désagréable sur cette erreur, j’ai pu agir pour reprendre la main sur ma communication. Il n’y a pas d’erreur, uniquement du feed-back… CQFD !

NaPaWriMo : 8/30 – 384 mots – total : 4 015 mots

2 commentaires »

  1. J’aime beaucoup cette phrase : « En gros, cela signifie que la qualité de la communication ne vaut que par le retour qui nous en est fait. » Que je trouve très vrai. J’ajouterai à ton post ma maigre expérience. L’an dernier j’avais essayé de publié un post par semaine en octobre, et puis bon j’ai dû tenir deux semaines, mais la question n’est pas là. J’avais été aussi surprise de voir que le nombre de visiteurs n’augmentait pas alors que partout on m’annonçait en grande pompe le contraire. Je ne me suis pas formalisée. Mais par contre le mois suivant j’ai eu beaucoup plus de visibilité, alors que j’ai très peu publié. À prendre avec des pincettes, une fois n’est pas coutume comme on dit. On ne fait pas ça pour les chiffres, mais vu le temps que ça peut nous prendre, savoir qu’on est lu ça fait du bien au moral.

    J'aime

    • Oui, tout à fait Lucyle, les chiffres ne sont pas importants. Vu ce que je propose, je me doute que je n’aurai pas des tonnes et des tonnes de lecteurs 🙂 ! Mais savoir que l’on est lu est toujours, que le message passe, c’est agréable ; donc merci pour ton commentaire, tu m’as fait ma soirée comme l’on dit !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s