L’importance des moyens

Définir un objectif est une bonne chose. C’est même certainement un point crucial en développement personnel. Mais choisir les moyens d’atteindre cet objectif est tout aussi important.

Ce matin, ce constat a agrippé mes neurones en deux temps.

Tout d’abord, il m’a été demandé de faire une minute de silence lors de mon intervention du jour, et ce, sans qu’aucune préparation ait été envisagée. Une minute posée là, dans un contexte certes connu, mais non introduit par une réflexion.

Ensuite, j’ai entendu à la radio le Premier ministre échanger avec un enfant sur la mort de l’enseignant concerné et les raisons des actions menées dans les établissements scolaires.

C’est là qu’un bon gros questionnement s’est invité dans mon cerveau. Le jeune garçon interrogé par l’homme politique a-t-il compris ce qui se passait ? Le moyen mis en œuvre n’est-il pas contre-productif en faisant vivre une émotion peu agréable à ce petit ? Une fois cette journée passée, on recommence « tout comme avant » ?

Ces questions ne sont qu’un exemple de tout ce qui s’est passé dans mon esprit.

Et puis j’ai pensé à ce que l’on m’a appris en PNL et en Hypnose : pour faire passer un message, la communication directe n’est pas toujours la plus adaptée.

Mes formateurs m’ont transmis à ce propos deux techniques (l’élégance et le saupoudrage) qui servent à utiliser les mots pour faire réfléchir son interlocuteur, de manière consciente ou non.

La métaphore est un outil utilisé dans ces techniques. En littérature, par exemple, lorsqu’un auteur décrit une pluie grise, pesante voire poisseuse afin de parler de la peur ou de la tristesse, il utilise des mots pour installer un sentiment éprouvé par son personnage. L’objectif est de faire comprendre au lecteur que le protagoniste n’est pas au top de sa vie et la métaphore employée est un moyen plus subtil que si le romancier écrivait : Machin est triste. Vous voyez ?

Pour revenir à la minute de silence de ce matin et à mes réflexions, je précise qu’il ne s’agit pas d’un jugement, mais d’une véritable interrogation sur l’articulation moyens/objectif.

Donc déformation professionnelle oblige, j’ai choisi de proposer aux jeunes accompagnés en collectif aujourd’hui une étude d’un texte sur la colère. La prochaine fois nous examinerons une planche de bande dessinée traitant du rapprochement culturel. Ainsi, sans parler directement de la situation que nous vivons et engager des débats souvent stériles, je propose deux moyens détournés de faire passer certains messages comme la tolérance, la bienveillance et le respect de la vie.

Je terminerai en précisant que je compte bien porter ces messages tout au long de l’année, avec le maximum d’élégance (les PNListes comprendront) et pas uniquement durant une minute, une semaine ou un mois.

Sur ce… à demain !

NaPaWriMo : 2/30 – 461 mots – total : 792 mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s