Pourquoi « EXPLORER » ?

Durant des siècles, l’exploration s’est centrée sur la géographie. Il était question de parcourir de nouveaux territoires à la recherche de richesses ou de pouvoir. Il s’est ensuite agi de visiter des contrées plus ou moins exotiques à la rencontre d’autres cultures ou par avidité de dépaysement. La terre ne suffisant plus, nous sommes allés inspecter l’espace pour comprendre l’origine de notre monde et tenter de trouver une raison à notre présence dans cet univers.

Dans tous les cas, explorer a été synonyme d’étude, d’observation, de réflexion, d’action et de découverte. S’il reste encore bien des lieux à fouiller, nous sommes arrivés à un point où seuls les scientifiques continuent à ausculter l’infini, que ce soit avec leurs télescopes ou leurs microscopes pour décortiquer le vivant.

La mondialisation permet à un grand nombre d’entre nous de pouvoir arpenter les paysages de la plupart des pays ou d’organiser des road-trips pour partir à la rencontre d’autres modes de vie. On peut même explorer le monde à travers nos écrans, confortablement installés à la maison pour nous donner l’illusion du voyage et de la découverte.

Pour autant, il y a un endroit qui reste inconnu pour beaucoup. On en parle souvent, on aimerait se l’approprier pour en comprendre le fonctionnement, mais il n’est pas toujours facile d’accès. C’est un vaste territoire qui est pourtant à portée de main ou plutôt d’esprit, puisque je fais référence à notre espace intérieur.

Pour certains, il se résume à un conscient et un inconscient, comme si notre corps abritait deux personnalités distinctes s’associant ou s’opposant selon les contextes. Pour d’autres, l’espace intérieur n’existe tout simplement pas. Nous sommes un corps comprenant diverses composantes, dont un cerveau, le tout n’étant qu’enchevêtrement de biologie, chimie et impulsions électriques. Pour d’autres encore, c’est la preuve d’une dimension supérieure ; religieuse, spirituelle ou universelle selon les conceptions.

Les certitudes des uns sont régulièrement remises en question par celles des autres, à grand renfort d’études plus ou moins scientifiques. Pour ma part, peu importe. Il s’agit de croyances ou de constructions intellectuelles que je respecte tout autant les unes que les autres.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons aussi simplement être avides d’aller au-devant de nos processus internes. Ce n’est pas parce que nous ne disposons pas d’une cartographie exacte de ce qu’il y a « en nous » que nous ne pouvons pas nous y aventurer ! Ainsi, certaines connaissances issues de divers courants comme les neurosciences, la psychologie ou encore la littérature, la philosophie, etc. apportent des réponses qui peuvent servir de boussoles pour partir à la découverte de nous-mêmes.

Alors, en choisissant le verbe EXPLORER comme l’un des piliers de mon approche, je positionne clairement mon activité du côté du développement personnel. Celui consistant à accompagner votre introspection et vos réflexions pour :

* Apprivoiser les facettes de votre personnalité qui vous donnent parfois l’impression d’être livrées à elles-mêmes ;
* En découvrir d’autres, jouer avec elles, en faciliter la juste expression, celle qui vous correspond ;
* Élargir votre cadre et par conséquent cultiver le champ de vos possibilités ;
* Nourrir vos pensées et enrichir ainsi votre culture, celle faite de perceptions, représentations et expériences.

Le fait de chercher à comprendre ses processus internes et la manière dont ils fonctionnent est un des axes de l’exploration. Il permet de corriger le tir lorsque la direction prise n’est pas celle voulue ou de comprendre « ce qui empêche » comme je l’entends souvent. Et puis l’autre axe d’exploration est celui du plaisir de réaliser un travail sur soi : pour mieux se connaitre, pour amplifier ses potentiels, pour expérimenter de nouvelles activités, pour laisser libre cours à sa curiosité.

Ainsi, les personnes que j’accompagne sont des explorateurs et croyez-moi, c’est passionnant de travailler avec elles !

Explorer :
Parcourir un lieu pour découvrir ce qu’il renferme en l’étudiant.
Par extension, observer quelque chose sous tous ses angles.
Faire des recherches sur quelque chose.