J’ai lu « Ulysse from Bagdad » d’Eric-Emmanuel Schmitt

J’aime réfléchir grâce à la lecture, que ce soit parce que le bouquin s’amuse avec mon imagination ou fait danser mes émotions. Certains m’amènent à triturer mes méninges pour deviner la chute, d’autres reposent joyeusement le flow de mes préoccupations. Dans tous les cas, c’est un vrai plaisir que de plonger dans les mots d’un autre.

Et une description de l’état hypnotique lié à la lecture, une !

Ce livre, il a pris place dans mes valises estivales. Il dormait dans la bibliothèque depuis que l’un de mes fils avait dû le lire pour ses études.

Chaque année, pour mes congés, je délaisse les livres en lien avec mon travail pour emporter uniquement des romans ou des récits. Éric-Emmanuel Schmitt faisant partie de mes chouchous en littérature, j’ai libéré « Ulysse from Bagdad » de son étagère pour lui faire prendre un peu l’air.

Je n’avais donc aucune idée de ce qui m’attendait en débutant ma lecture. Mais très vite, j’ai compris que l’aventure de cet Irakien en exil, au rêve de liberté londonienne, allait me séduire ; et ce, tant par les réflexions qu’elle faisait bouillir dans mon esprit que par la manière dont l’histoire est servie par son auteur.

Au fil des pages, j’ai rencontré une autre réalité que celle construite à coup de reportages, témoignages médiatisés et réflexions plus ou moins abouties d’intellectuels en tout genre. Ce migrant – certes fictif – est donc parvenu à élargir mon cadre de référence.

Voilà un bel exemple de recadrage.

Je devrais peut-être proposer à mes coachés de lire davantage !

Et en formation, on l’utilise comment cette lecture ?

Même si le thème de ce livre n’est pas lié directement à ceux imposés du BTS, on peut tout à fait se l’approprier lors de l’épreuve d’écriture personnelle (argumentation). Voici un exemple de rédaction à propos du thème « seuls avec tous » :

Entre espoir et tristesse, Saad, le personnage principal du roman d’Éric Emmanuel Schmitt « Ulysse from Bagdad », nous emmène dans un périple où les rencontres s’acheminent systématiquement vers des périodes de solitude. L’auteur nous montre ainsi que s’associer aux autres, par amour, intérêt ou amitié, est un état instable. Que la rupture vienne de Saad ou d’événements extérieurs, elle est inévitable. Alors, on peut affirmer : la solitude est inéluctable pour l’Homme.

Ce qui serait intéressant par la suite, c’est de démontrer le contraire (l’Homme n’est jamais seul) en allant chercher une autre référence. Une idée, peut-être ?



Catégories :En développement, Formation, Hypnocoaching

Tags:, , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :