Bilan à un an de l’expérimentation bullet journal (« bujo » pour les intimes !)

28/02/2017 : je découvre et j’adopte le Bujo

L’origine

Pour organiser mon emploi du temps, je dois tenir compte de cinq agendas :

  • Celui de ma petite entreprise ;
  • Celui de mes trois hommes (un mari et deux garçons, je rassure tout le monde, pas question de polygamie) ;
  • Celui de mes propres activités (oui, il m’arrive aussi de faire des trucs rien que pour moi !).

Or, aucun agenda électronique ou papier n’a satisfait mes exigences d’organisation jusqu’à ce que je tombe sur la vidéo d’une petite nana pétillante (Emilie dite Bulledop) qui présente le système du bullet journal, aussi appelé BUJO.

L’expérimentation

J’ai donc pris un cahier de brouillon et pendant une dizaine de jours, j’ai tenté de reproduire le mode d’organisation de cette jeune fille. Résultat, c’était bien sympathique, mais un peu trop « fi-fille » pour moi ! Du coup, j’ai simplement gardé ce qui m’intéressait, à savoir :

  • la visualisation mensuelle ;
  • les « dailies », regardez la vidéo d’Emilie et vous comprendrez.

Je n’ai pas encore trouvé de fonctionnement qui me convienne pour les listes et les traqueurs, mais ça viendra ! Le cahier de brouillon a laissé la place à un organiseur Filofax A5.

Côté visuels, j’ai épuré les journées et simplement gardé, sur les pages mensuelles, mon jeu de couleurs adopté depuis des années (je le présenterai peut-être un jour). Je n’ai conservé que les clefs qui avaient du sens pour mon petit cerveau et je ne fais pas de pages de garde (sommaire, page de présentation annuelle, page mensuelle, etc.), tout simplement parce que je n’en vois pas l’utilité ! En revanche, l’expérience m’a donné envie de me remettre à la calligraphie laissée de côté depuis quelques années (je sais, c’est nul… d’avoir laissé ça de côté, pas de m’y replonger !).

28/02/2018 : aujourd’hui, à quoi ressemble mon BUJO ?

Bullet journal - Calendrier 2018 - Mylène Grenier
J’ai choisi la simplicité pour le calendrier annuel : pas de décoration, juste un peu de couleur pour voir le temps passer.
Bullet Journal - page du mois  - mars 2018 - Mylène Grenier
Le calendrier mensuel s’est épuré pour gagner en lisibilité…
Bullet Journal - Priorité du mois - Janvier - Mylène Grenier
…mais la priorité du mois est devenue plus graphique (une autre expérience est en cours dont je ferai un article prochainement).
Bullet Journal - Calendrier journalier - Mylène Grenier
Il ne me reste plus qu’à trouver une manière plus agréable de symboliser les jours passés.
Bullet Journal - Dailies - Organisation journée - Mylène Grenier
Quand aux pages quotidiennes, les fameuses « dailies », elles ne prennent moins de place. Je les crée toujours en fonction de mes besoins, juste avec un zeste de fantaisie au niveau des en-têtes.
Bullet Journal - Traqueur - Objectif - Mylène Grenier
Et j’ai trouvé un système de traqueur qui me convient

Il s’organise en deux étapes :

  1. Je formule mon objectif (façon PNL évidemment) ;
  2. À la fin de chaque journée, je fais le bilan. L’objectif est atteint, je note la date du jour. Il ne l’est pas, je remplace la date par un trait.

Pour passer à un autre objectif, je dois visualiser une colonne entière de dates.

Aujourd’hui, que m’apporte mon bullet journal ?

Je commencerais par la maîtrise. Avec la réunion d’un calendrier, d’un double agenda (mensuel et journalier) et des « to do list », je dispose d’un seul support pour gérer la fameuse charge mentale dont on entend souvent parler ces derniers temps.

Je continuerais par la souplesse. Les seules contraintes de cet outil sont en effet celles que je m’impose ! Et entre bujo créatif à la Bulledop et bullet minimaliste à la Solange te parle, mon cœur balance parfois et je trouve peu à peu mon style.

Je terminerais par le couple « sérénité-satisfaction » :

  • La sérénité vient de la prise de distance que le Bujo me permet face à un quotidien parfois bien chargé. Le calendrier mensuel me permet d’éviter la surcharge de formations ou d’ateliers. Les dailies me servent à mieux répartir mes activités tant professionnelles que personnelles ;
  • La satisfaction, elle, arrive lorsque je supprime les pages obsolètes. Oui, c’est une particularité dans ma manière de fonctionner. La plupart des personnes ayant adopté le bullet journal utilisent des cahiers. Cela leur permet de garder une trace de tout ce qu’elles ont fait. Mais comme j’ai choisi un organiseur, je fais le vide dès que j’en éprouve le besoin. Et avant de mettre les feuilles à la poubelle (partie recyclable bien sûr), je les parcours rapidement des yeux et mesure ainsi le travail accompli.


Catégories :En développement

Tags:,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :