Il n’y a pas de petite victoire !

Mylène Grenier - Course à pied

Tout a commencé à l’été 2014 lorsque j’ai pris conscience que je ne pouvais pas faire une simple balade en nature sans avoir le souffle coupé et les jambes douloureuses. Habituée durant l’année à me déplacer en vélo et à pied dès que possible, je pensais que cela suffisait à entretenir mes maigres capacités physiques. Force était de constater que ce n’était plus le cas.

J’ai donc cherché une solution, mais le quotidien d’un travailleur indépendant, mère de famille investie et bénévole active en milieu associatif ne laissaient guère de temps pour une pratique sportive régulière en club. C’est là que j’ai commencé à penser à la course à pied. J’ai dans mon entourage, bon nombre de modèles en la matière. Véro qui à mon sens est une athlète accomplie, mais aussi Nathalie, Céline, Morgane et bien d’autres qui agitent leurs gambettes régulièrement. Le problème, c’est que je n’ai jamais aimé courir.

Et puis il y a une bonne poignée de semaines, au détour d’une conversation, j’ai appris qu’une autre amie s’était inscrite à l’Urban Trail de Lyon. J’ignorais totalement qu’elle courait et la questionnais sur son entraînement. Elle avait suivi un programme trouvé sur Internet qui a le mérite d’être basé sur le plaisir, la progression et le respect des capacités de chacun. Je pris alors les références du site en question et choisis de visionner la vidéo de recommandations avant de prendre connaissance du programme.

Le discours de Gilles Dorval me convint, j’allais donc jeter un œil au fameux plan d’entraînement pour débutant. Et si j’essayais… Nous étions au début du printemps.

***

Depuis, j’ai respecté à la lettre les plans proposés et je n’ai pas hésité à faire sauter une séance la semaine où mon talon d’Achille s’est réveillé. Moi qui n’aimais pas courir, j’ai découvert que fractionner l’activité la rendait intéressante et motivante. À chaque sortie, j’ai relevé une sorte de mini défi personnel et j’ai donc pu m’inscrire dans un cercle vertueux de réussites.

J’ai aussi associé cette démarche à un zeste de psychologie positive : lors d’une récente lecture sur le sujet, j’avais appris que la ritualisation était une bonne manière de renforcer le sentiment de satisfaction. J’ai donc choisi de valoriser chacun de mes petits succès par un selfie, d’où le patchwork qui illustre cet article ou celui ci-dessous qui marque mon premier tour du parc de la Tête d’or.

2015-06-03 Tête d'or

Aujourd’hui, je cours deux fois par semaine et je suis dans la dernière phase du plan « débutant », celle où l’on monte chacune des séances à 45 min. Et vous, quand est-ce que vous vous y mettez ?

P.S. :
Un grand merci à Bastien qui par ses félicitations répétées et spontanées ne s’est pas forcément rendu compte à quel point il m’a soutenu.
Un clin d’œil spécial à Véro et Céline qui ont montré tant d’enthousiasme lorsque j’ai évoqué ma démarche. Votre réaction m’a confortée dans l’idée que je pouvais y arriver.



Catégories :Billet, Hypnocoaching

Tags:

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :